Logo - Mbiance
50px

Rendre la formation accessible partout au Québec 

4 mars 2019
50px
Bloc texte

Repenser l’éducation et la formation afin de rendre l’apprentissage constant, flexible et simple tout au long de la vie est important pour le PDG de Google, Sundar Pichai, qui s’exprimait récemment dans un article de Musil (2018).

Au Québec, que ce soit pour une formation initiale menant à un diplôme d’études secondaires, collégiales ou universitaires, pour une formation continue en entreprise ou pour répondre au besoin de formation d’un individu désirant acquérir de nouvelles compétences professionnelles, la formation à distance (FAD) offre de plus en plus de choix aux apprenants. En effet, les technologies favorisant l’apprentissage se peaufinent et de nouvelles plateformes soutiennent désormais les enseignants ou les professeurs désirant
rendre leurs cours accessibles partout au Québec. Les principaux défis qui demeurent concernent le financement de la formation en ligne et le changement organisationnel que doivent effectuer les établissements d’enseignement du Québec.

Le terme popularisé ATAWAD1 a été initialement utilisé pour le marketing des entreprises. Il pourrait également devenir la nouvelle stratégie à adopter pour offrir des cours qui permettront à tous, n’importe où, à n’importe quel moment et sur n’importe quel support, de parfaire leur formation et pourquoi pas, d’obtenir un diplôme reconnu. C’est le défi que se sont donnés plusieurs établissements d’enseignement. Pour sa part, l’Institut national des mines partage dans cet article quelques initiatives pédagogiques innovantes au Québec.

Un partenariat nécessaire : exemple d’un projet de formation aux adultes

En collaboration avec deux autres commissions scolaires du Québec, la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue, en Abitibi- Témiscamingue, a développé des cours en mathématiques et en français pour la formation générale des adultes. Grâce à l’outil de plus en plus popularisé, Challenge U – formation des adultes, le Centre Frère-Moffet, un centre de formation aux adultes de petite taille établi à Ville-Marie, a augmenté de six fois sa clientèle en formation générale des adultes, et ce, en moins d’un an. Il répond ainsi à un besoin clair. Désormais, des apprenants de partout au Québec s’inscrivent à distance aux cours offerts pour obtenir leur certification de mathématiques de 3e et 4e secondaires (CST et TS) ainsi que celle de français de 5e secondaire. La directrice du centre, Mme Marie Luce Bergeron, voit en la formation à distance un vecteur de développement, notamment pour la formation aux adultes. « Nous offrons de la FAD depuis longtemps, mais nous savions qu’il manquait un matériel plus adapté à la réalité actuelle. Le papier et les crayons sont de moins en moins appréciés par les jeunes adultes donc, la mise en place de cette plateforme entièrement virtuelle et interactive vient combler un besoin », a souligné Mme Bergeron. Pour y parvenir, la directrice a demandé à deux membres de son équipe, une conseillère pédagogique et une enseignante, d’expérimenter et d’évaluer la proposition de la plateforme mise en place par Challenge U. L’expérience s’est avérée concluante et le personnel a été unanime sur la qualité du matériel proposé, sa capacité à être transformé et à être amélioré, sans oublier l’objectif premier; s’assurer d’une conformité avec le programme de formation de l’école québécoise. Dispersés partout au Québec, des apprenants suivent désormais la formation à distance offerte à partir de Ville-Marie : certains poursuivront par la suite vers une formation professionnelle nécessitant un DES, d’autres veulent parfaire leur français. La plupart des apprenants tente simplement d’obtenir un diplôme d’études secondaires. Pour réaliser cet imposant changement, toute l’équipe a redoublé d’efforts pour s’approprier une nouvelle situation. « Il fallait gérer l’entrée massive de dossiers, s’habituer aux fluctuations du nombre d’élèves inscrits,  revoir les méthodes de travail de tout le personnel et s’assurer de continuer à supporter les apprenants dans leur objectif de formation », explique Mme Bergeron. Présentement, trois commissions scolaires du Québec veillent à coconstruire ce projet ambitieux sur Challenge U en améliorant constamment la plateforme ainsi que les contenus des cours et en uniformisant l’admission des élèves. Il reste encore quelques défis à relever touchant, entre autres, le transfert d’examens numérisés et la création d’un réseau pour la surveillance et le retour des examens au centre de formation ayant offert le cours. L’équipe de codéveloppement s’agrandira puisque d’autres commissions scolaires sont à signer présentement des ententes avec l’entreprise permettant ainsi à un plus grand nombre d’élèves de poursuivre leurs études. Outre ce projet mobilisateur regroupant trois commissions scolaires au Québec, la formation aux adultes à distance est déjà offerte depuis un certain temps dans quelques grandes commissions scolaires telles que la Commission scolaire de Montréal ou même la Commission scolaire des Découvreurs.

La formation minière dans tout ça?

La technologie 4.0 entre désormais dans le secteur minier ce qui encourage les établissements d’enseignement à emboîter le pas. Actuellement, il y a peu de formation minière qui se donne en ligne au Québec. En ce qui concerne la formation minière de niveau professionnel et technique, le défi qui se pose consiste à enseigner à distance des opérations manuelles et techniques. Les programmes de formation universitaire contiennent davantage de théorie ce qui semble plus facile à diffuser. Cependant, peu d’universités offrent actuellement des programmes complets en formation minière.

50px
50px
50px