Logo - Institut national des mines
50px

Déployer des outils de simulation pour favoriser l’apprentissage : un nouvel avis au ministre déposé 

23 avril 2020
50px
Bloc texte

Déposé en novembre dernier au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge, cet avis ministériel intitulé «Déployer de nouveaux outils de simulation pour la formation menant au secteur minier dans les établissements publics d’enseignement professionnel, collégial et universitaire » porte sur un sujet qui aura certainement résonnance dans le contexte actuel de pandémie. En effet, les dernières semaines ont démontré la diversité des technologies disponibles afin de travailler autrement, mais surtout d’enseigner autrement. 

Tout comme l’industrie 4.0, la formation évolue à un rythme effréné en permettant le développement de compétences tant personnelles, interpersonnelles, occupationnelles que cognitives, et ce, grâce à des outils de simulation utilisés comme outil de travail, mais surtout comme outil de formation initiale et continue dans le secteur minier. 

Déploiement d’outils de simulation pour favoriser l’apprentissage 

Démontrant la pertinence du déploiement d’outils de simulation tels que les simulateurs spécifiques à la conduite d’engins miniers mobiles, l’avis au ministre cible également la réalité virtuelle, la réalité augmentée et la réalité mixte comme applications technologiques pour la formation de la relève minière dans les établissements publics d’enseignement du Québec, mais également pour valoriser la formation continue de la main-d’œuvre minière du Québec. Favoriser la pédagogie numérique pour accroître le développement des compétences exigées dans l’industrie 4.0 est devenu une évidence aujourd’hui. 

Les outils de simulation comme la réalité virtuelle, augmentée ou mixte, sont des technologies interactives en constante évolution qui permettent d’immerger l’utilisatrice ou l’utilisateur dans un environnement virtuel ou encore un environnement réel où sont ajoutées des images virtuelles. Grâce à l’utilisation d’un dispositif de visualisation, un visiocasque, l’apprenante ou l’apprenant peut évoluer dans un environnement totalement ou partiellement virtuel afin d’y réaliser des apprentissages concrets et ciblés. Par exemple, l’élève peut être placé dans un environnement minier en zone de danger virtuel dans lequel il a l’occasion de développer ses compétences en santé et sécurité et où les risques sont éliminés.  

Pour leur part, les entreprises minières se disent très satisfaites de l’approche pédagogique qu’offre l’apprentissage par simulation et elles mentionnent qu’elles apprécient particulièrement le degré de réalisme des outils de simulation. Il est aussi possible de noter que l’apprentissage par simulateur en milieu de travail favorise l’acquisition rapide et efficace de compétences et d’expérience. L’avis souligne également que la formation par simulateur est bénéfique pour la performance de l’organisation. Des arguments d’autant plus pertinents dans le contexte actuel où certaines compétences à acquérir peuvent être difficilement acquises sur le terrain. Il s’agit d’une occasion à saisir dans les prochains mois. 

À noter que cet avis est complémentaire au « Portrait des simulateurs d’engins miniers en formation minière » qui présentait l’inventaire des simulateurs au sein du secteur minier québécois ainsi que des établissements publics d’enseignement de niveaux professionnel et collégial dans les trois régions minières les plus actives du Québec. 

Recommandations émanant de l’avis 

Cet avis déposé au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur est constitué de trois recommandations qui découlent essentiellement du mandat, du plan stratégique et des travaux récents de l’Institut national des mines. Ces recommandations proposent de financer le déploiement d’outils de simulation pour la formation minière dans les établissements publics d’enseignement professionnel, collégial et universitaire, que le matériel acquis, grâce à cet octroi, soit placé au sein de centres de simulation régionaux afin de favoriser davantage le développement de partenariat entre les établissements publics des différents ordres d’enseignement et les entreprises du secteur des mines ainsi que déployer une certaine proportion des outils de simulation de manière mobile, et ce, afin de pouvoir répondre aux besoins de formation des communautés éloignées.  

 

50px
50px
50px