Logo - Mbiance
50px

La collaboration et la concertation en filigrane du développement des compétences numériques de la main-d’œuvre minière 

11 juin 2020
50px
Bloc texte

Au début de cette année 2020, une tendance se révélait en filigrane de la veille informationnelle de l’Institut national des mines, soit l’importance de la culture collaborative ou de la concertation dans la formation au numérique de la main-d’œuvre de l’industrie minière. C’est d’ailleurs ce qui est illustré dans la nouvelle publication de l’Institut national des mines, Tendances générales en formation minière. Rapport semestriel tiré de l’infolettre MineAvenir du 12 septembre 2019 au 30 janvier 2020.

Dans cet ouvrage qui présente les tendances générales en formation et en technologies dans le secteur des mines, une préoccupation mondiale ressort, celle de l’importance du développement des compétences numériques, particulièrement celles de la main-d’œuvre la plus vulnérable à la transformation numérique amorcée par les entreprises minières. Ce document montre également que les entreprises minières continuent de s’approprier les nouvelles technologies et de les intégrer graduellement dans leurs activités. C’est ainsi que les données ont pris une place prépondérante et que les véhicules autonomes, les drones et les robots ont particulièrement été adoptés, permettant notamment l’essor d’opérations minières plus sécuritaires et plus agiles.

D’un point de vue quantitatif, il est difficile de passer sous silence le fait que, sur les 48 articles publiés dans la veille informationnelle MineAvenir faisant l’objet de cet ouvrage, la formation, autrement dit la requalification, le perfectionnement ou encore la mise à niveau des compétences du personnel minier, qu’elle soit initiale ou continue et qu’elle prenne forme en entreprise ou dans les établissements d’enseignement, est la préoccupation majeure du secteur minier à l’ère des changements transformationnels déclenchés par la perturbante 4e révolution industrielle.

 

Des initiatives internationales en formation inspirantes pour les établissements d’enseignement et les entreprises minières du Québec

Pour une première fois, un tableau présentant les actions en lien avec le développement des connaissances et des compétences nécessaires à l’intégration, à l’appropriation et à l’utilisation adéquate des nouvelles technologies révolutionnaires et innovatrices est présenté. Les initiatives de plusieurs pays figurent dans ce tableau exhaustif. Il s’agit notamment des initiatives réalisées en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, aux États-Unis, en France et au Sénégal.

Quelques constats se dégagent. Tout d’abord, le vent de la 4e révolution industrielle a soufflé (et continue de souffler) d’un continent à l’autre, en passant principalement dans les pays où l’activité minière est importante. Ensuite, des organismes de nature différente sont à l’origine de ces initiatives : des entreprises minières, celles spécialisées dans les nouvelles technologies, les gouvernements, les organismes gouvernementaux ou d’accréditation de la formation et les établissements d’enseignement. Enfin, les organismes créés dans le but de soutenir ces initiatives ont des profils divers avec des objectifs variés. Il est question de centres de recherche ou de formation, de centres d’expertise technologique, d’innovation et d’expérience pour l’industrie minière, de plateformes numériques, de projets et de chaires de recherche et même d’une école de formation en lien avec les nouvelles technologies.

 

Collaborer et se concerter : une tendance observable

En définitive, force est de constater que la culture collaborative ou la concertation est la principale tendance sous-jacente à la majorité des articles issus de la veille informationnelle MineAvenir de l’Institut national des mines du Québec du 12 septembre 2019 au 30 janvier 2020.

La mise en commun des expertises des établissements d’enseignement, des entreprises minières, des entreprises à forte orientation technologique, des centres de recherche, des organismes de développement et d’accréditation des formations, ainsi que l’appui des gouvernements constituent la ligne de conduite adoptée par de nombreux pays.

Avec l’augmentation grandissante de la connectivité dans les mines et les possibilités de mines connectées que cela offre, ces tendances suggèrent notamment de surveiller l’évolution de l’appropriation des concepts et des pratiques typifiques en cybersécurité et en intelligence artificielle dans la science des données par les différents acteurs industriels, éducatifs et gouvernementaux qui œuvrent dans le secteur minier.

 

Cet article est tiré de la publication « Tendances générales en formation minière 2019. Rapport semestriel tiré de l’infolettre MineAvenir – 12 septembre 2019 au 30 janvier 2020 ». Il fait état des tendances révélées dans la veille informationnelle permettant d’orienter les travaux de recherche et les projets pilotes en formation minière de l’Institut national des mines. Toutes les références dans cet article sont citées dans le rapport semestriel.

50px
50px
50px