Logo - Mbiance
50px

L'école publique à l'ère numérique 

25 avril 2019
50px
Bloc texte

Les efforts consentis actuellement dans le réseau des établissements publics québécois pour relever le défi de la formation de la main-d’œuvre à l’ère de la quatrième révolution industrielle sont importants. Dans cet article de la revue Savoir référencée plus bas, l’Institut national des mines attire l’attention sur le concours L’école publique à l’ère du numérique parrainé par la Fédération des commissions scolaires du Québec.  

La Commission scolaire de l’Énergie compte parmi les lauréats des prix d’excellence 2017-2018 de la Fédération des commissions scolaires du Québec. Afin d’inciter les jeunes à créer éventuellement leur propre emploi et raffermir ainsi le tissu économique de la région de Shawinigan, cette commission scolaire a mis sur pied le projet Entrepreneuriat et développement numérique. Dès le primaire, ce projet éducatif consolide le développement d’une culture entrepreneuriale à l’école. Il offre notamment aux élèves des occasions de côtoyer des entrepreneurs dans le domaine des technologies de l’information.  

Un autre lauréat, la Commission scolaire de Jonquière, mise sur une nouvelle concentration Sport Électronique qui combine le jeu électronique, l’informatique et l’activité physique. Ce créneau novateur fait la promotion de saines habitudes de vie tout en tablant sur le développement de nouvelles compétences numériques pour inciter les jeunes du secondaire à s’accrocher à l’école.

Par ailleurs, à la Commission scolaire de Laval, trois centres de formation des adultes ont joint leurs forces pour remplacer certains instruments de laboratoire par de nouveaux instruments virtuels qui offrent aux élèves un véritable environnement d’investigation scientifique comportant des outils numériques de mesure, d’observation et d’analyse.

Parmi les principales régions minières ayant participé à ce concours, trois projets retiennent particulièrement l’attention de l’Institut national des mines. Celui de la Commission scolaire de la Baie-James met l’accent sur la constitution d’une communauté de pratique pour favoriser le partage d’expertise entre les enseignants, en lien avec une utilisation pédagogique accrue du iPad au primaire et au secondaire. 

Le territoire desservi par le Centre de formation professionnelle et générale Manicouagan de la Commission scolaire de l’Estuaire étant immense, le projet soumis au concours 2017-2018 vise à mettre de la présence dans la distance grâce à de nouveaux outils de communication numériques. 

Finalement, la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois a développé le Parcours TIC, une plateforme web qui facilite l’utilisation par les enseignants de nouveaux outils pédagogiques numériques destinés aux élèves de la maternelle jusqu’à la fin du secondaire. 

Ces exemples n’offrent qu’un aperçu de la cinquantaine de projets analysés dans le cadre du concours 2017-2018 de la Fédération des commissions scolaires du Québec. L’Institut national des mines fait la promotion de ce type de concours puisqu’à l’ère de la quatrième révolution industrielle, il est essentiel d’inciter davantage des jeunes à passer du statut d’utilisateur des technologies numériques à celui de créateurs, ce qui implique également davantage de créativité de la part des établissements d’enseignement publics au Québec. Actuellement, plusieurs commissions scolaires prennent des initiatives pour modifier leur offre de services qui ont un impact mesurable sur la persévérance scolaire. Dans le système éducatif québécois actuel, le défi consiste d’une part, à inscrire ces initiatives individuelles dans la continuité et d’autre part, à favoriser le déploiement des projets les plus structurants.
 

Référence 

Savoir : spécial prix d’excellence 2017-2018,  Fédération des commissions scolaires du Québec, volume 24, numéro 1.

50px
50px
50px