Logo - Institut national des mines
50px

Un rapport annuel de gestion 2019-2020 à l’image du dynamisme et de la notoriété de l’Institut national des mines 

1 octobre 2020
50px
Bloc texte

Val-d'Or, 1er octobre 2020 – Poursuivant son mandat de conseiller le (s) ministre (s) de l’Éducation, l’Institut national des mines (INMQ) a pu constater au cours de la dernière année que les recherches effectuées et son discours prospectif de la formation minière influencent le domaine de l’éducation ainsi que le secteur minier au Québec, et ce, depuis maintenant 10 ans. C’est avec une grande fierté que l’Institut national des mines diffuse ainsi son Rapport annuel de gestion 2019-2020.  Il s’agit d’une publication unique puisqu’elle souligne du même souffle la décennie d’existence de l’organisation. Cette publication annuelle, déposée à l’Assemblée nationale, présente notamment l’organisation, son équipe, les membres du conseil d’administration nommés par le conseil des ministres, les faits saillants de la dernière année, les résultats de la Planification stratégique ainsi que les états financiers.


L’expertise de l’Institut national des mines soulignée

Dans ce rapport annuel, le ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge souligne l’expertise de l’Institut national des mines notamment par ses activités de veille, de conseil et de recherche, mais également les répercussions sur les réseaux d’éducation à l’échelle mondiale. Comme il le souligne, « Des gens des quatre coins du globe s’intéressent à nos pratiques et veulent en apprendre plus sur nos façons de faire. L’Institut national des mines du Québec est au cœur d’un monde de possibilités, non seulement pour le secteur minier, mais aussi pour toute la collectivité québécoise. »

Pour sa part, le président-directeur général de l’Institut national des mines, M. Jean-François Pressé ne peut passer sous silence le travail rigoureux de son équipe et la collaboration exceptionnelle des membres du conseil d’administration depuis les dernières semaines. « Cette crise sanitaire dans laquelle nous évoluons démontre notamment que l’éducation devient un enjeu pour la relance économique du Québec. Les établissements d’enseignement du Québec ont dépassé la théorie pour mettre en place des moyens concrets pour convaincre tout un chacun qu’il est possible d’enseigner autrement, un sujet actuel qui positionne le discours fort de l’Institut national des mines portant sur l’importance d’augmenter l’accessibilité à la formation, que ce soit à distance, en ligne ou en visioconférence, tout en valorisant la pédagogie numérique et le développement des compétences modernes » a exprimé le président-directeur général de l’Institut national des mines, M. Jean-François Pressé.


Des recherches inspirantes pour l’éducation au Québec et à l’international


Près d’une vingtaine de faits saillants pour l’année financière 2019-2020 ont été présentés dans le rapport annuel de gestion. En voici quelques-uns :

  • Outil diagnostic de la maturité numérique de programmes d’études ou de formation

En février 2020, l’Institut national des mines a produit un outil permettant d’effectuer le diagnostic de la maturité numérique de programmes d’études collégiales et de formation professionnelle. Ce projet porteur décline le diagnostic numérique selon cinq axes interreliés non hiérarchisés soit la pédagogie 4.0, les compétences 4.0, le leadership 4.0, les programmes 4.0 et les outils 4.0. Ensemble, les cinq axes constituent les composantes de base indispensables pour analyser puis positionner de manière assez réaliste le programme diagnostiqué à l’ère de la 4e révolution industrielle. 

  • Avis au ministre visant à soutenir l’internationalisation de l’offre de formation

Depuis le début de ses activités en 2010, l’Institut a acquis une expertise unique grâce à son étroite collaboration avec les acteurs institutionnels et corporatifs concernés par la formation minière, à la réalisation d’activités de veille sur les tendances innovantes en formation minière à l’échelle mondiale et à l’accomplissement de missions internationales permettant de documenter les avancées pédagogiques et technologiques mises sur pied par d’autres juridictions minières. Un avis au ministre sur l’internationalisation de l’offre de formation minière du Québec sera rendu public sous peu. 

 

  • Mission au Maroc et entente signée avec le Royaume du Maroc au PDAC 2020

Pour faire suite à une mission au Maroc, une entente a été signée en mars 2020 entre l’INMQ et le ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement du Royaume du Maroc lors du Prospectors & Developers Association of Canada (PDAC), à Toronto. Cette entente veillera à favoriser la coopération dans le domaine de l’analyse prospective des qualifications préalables et de la planification des besoins de formation pour le développement des meilleures pratiques dans le secteur minier.

  • Les travaux de l’Institut national des mines inspirent le secteur minier de la Nouvelle-Calédonie  

Dans le cadre d’une entente de collaboration entre l’Institut national des mines (INMQ) et l’équipe du projet Mines du futur de la Nouvelle-Calédonie, le matériel de recherche de l’INMQ a pu être utilisé par l’équipe de projet. Une présentation des résultats de recherche des deux organisations été réalisée devant des intervenants du secteur minier et de l‘éducation en Nouvelle-Calédonie en septembre dernier, et ce, en mode virtuel.

 

Un colloque virtuel à venir

Le colloque virtuel « La formation 4.0 : un levier vers la mine intelligente » sera présenté le 19 novembre 2020. Adressé principalement aux personnes œuvrant tant dans les établissements d’enseignement du Québec que dans l’industrie minière, il s’agit d’une occasion de découvrir les principaux axes distinctifs d'une formation 4.0 arrimée aux nouvelles réalités propres au développement de la mine intelligente, de mieux comprendre le contexte mondial et québécois du secteur minier ainsi que ses avancées technologiques et de découvrir de nouvelles compétences à acquérir pour favoriser la compétitivité de l'industrie. 

 

50px
50px
50px